L’atterrissage ou la frontière entre deux cultures aux réalités diamétralement différentes…

Voilà 15 jours j’étais encore en Afrique au Sénégal, le retour parmi le monde occidental n’a pas été simple. Il est certain que comparé à ce que j’ai pu découvrir là-bas, nous sommes vraiment mieux lotis. Néanmoins, une difficulté reste une difficulté et la souffrance qu’elle procure reste une souffrance.

Mon cœur et mon esprit ont été tourmentés et le sont encore par ce qu’il se passe sur Terre. La souffrance des enfants « talibe » ou des rues, les femmes mariées de force ou devrais-je dire des petites filles, la dette mondiale qui nous enferme tous, la guerre en Syrie, la crise des migrants, les animaux etc..OMG… vers quoi allons-nous.

Alors oui, il y a d’un côté tellement de belles personnes en chemin et actives pour s’aider elles-mêmes ainsi que leur prochain et d’un autre côté la matrice et ses artisans de l’argent qui ne servent que leurs intérêts personnels.

Mon envie d’agir est encore plus grande qu’avant mais par où commencer? Il y a tellement à faire mais avant tout à ETRE. En prenant conscience de ce qui a du sens pour soi-même c’est alors que les choses peuvent avancer. En s’unissant autour d’une cause qui a du sens pour chacun, le changement peut s’opérer… chacun à sa propre échelle. Une seule et minuscule goutte d’eau peut faire déborder un vase, une seule!

La semaine prochaine, et ce comme je l’ai dit dans mes dernières vidéo, j’ai rendez-vous avec 3 associations qui agissent déjà au cœur du Sénégal pour les enfants, ces associations se sont mises sur ma route jusqu’à la dernière minute….synchronicité?!

Certains d’entre vous m’ont contacté pour me dire qu’ils avaient envie de bouger bénévolement pour le bonheur de donner et de partager. A ces personnes j’ai bien sûr dit que je reviendrais vers elles une fois que j’aurais eu les infos utiles dont j’ai besoin, la vie mettra sur ma route ce qui est juste pour moi et je transmettrai ensuite, à ceux qui le souhaitent, la façon dont ensemble nous pouvons agir pour une cause qui a du sens…

Lundi à Tournai pour www.actionsenegal.be dont Danny Boon est le parrain, Mardi EBS  et Vendredi www.terresrouges.be. Voilà le programme de démarrage, la suite dépendra des infos et du feeling avec les responsables.

Les enfants sont l’avenir de notre monde… Alors à mon échelle et parce que cela a du sens pour moi, je bouge et j’agis.

Alors si aussi vous avez envie de donner, de partager, d’agir pour le monde de demain parce que ça a du sens pour vous, alors partagez cet article ou commentez-le que je puisse vous recontacter.

J’ai moi-même des enfants et tout comme nos parents se sont bougés en mai 68 pour nos droits, nous avons nous aussi le devoir de nous « lever » pour les droits de nos enfants…..de tous les enfants de la Terre!

Agissons ensemble, informons-nous, nous sommes la force, modifier nos habitudes nous permettra de faire la différence.

A très bientôt,

Yasmine

L’envers du décor

À Amandine, Amélie, Antoine, Audrey, Caroline, Caroline, Emilie, Jovana, Lucas, Michelle, Noémie, Sylvie, Virginie…. Camille, Laurent, Valéry et Céline

13h dimanche 31/01/2016, la sonnette, du centre Body Concept Training Wavre, retentit. Le premier participant est là et nous sommes encore occupés à préparer la salle. Il nous restait le temps de l’ascenseur (7 étages) pour être prêt. C’est à dire quelques secondes…

Avec l’aide de Céline Rouet (Coach de vie chez « New challenge coaching ») et Camille Herbin de Global Movie, nous avons permis aux participants de vivre une expérience de 4h dans une bulle de bien-être et de sécurité. Quoi de mieux pour les accompagner à développer leur potentiel!

Deux choses qu’ils ne savaient pas en s’inscrivant au séminaire. La première c’est qu’ils repartiraient différents, boostés avec de nouveaux outils en poche. La seconde, qu’ils allaient devoir sortir de leur zone de confort. Tels étaient, en tout cas mes objectifs et à en lire les commentaires sur l’événement FB et dans le livre d’or, mes objectifs ont bel et bien été atteints.

Tout commence en ce début janvier 2016, la créativité bat son plein, un élan de motivation, pour une nouvelle année qui commence, m’envahi soudainement. Je ne peux plus m’empêcher, je veux transmettre encore et encore. Suivant un de mes rêves qui m’anime et dont je ne révélerai pas encore ce qu’il en est, je me décide à lancer mon premier séminaire sur la confiance en soi. Tout simplement car après avoir fait le bilan de mes centaines d’heures de consultations individuelles et collectives en 2015, le constat est clair.

NOUS N’AVONS PAS ASSEZ, OU MÊME PAS DU TOUT, CONFIANCE EN NOUS!

N’utilisant que Facebook comme moyen de me faire connaître pour le moment, je me lance. Mon cerveau s’agite, mon cœur bat son plein, je suis excitée. Excitée d’oser, excitée de ne pas penser aux regards des autres. Go ma petite Yasmine, vas-y, suis tes rêves. J’ouvre fb, je crée un événement, le contenu, je cherche après une photo, à l’image de l’énergie qui m’anime…. Et là mon mental frappe à ma porte.

C’est le combat intérieur qui s’engage, une part de moi m’empêche d’avancer, de publier. Mon excitation est telle que rapidement j’appuie sur le bouton « publier ». Pas question cette fois de reculer devant moi-même.

C’est parti…. Hop, le doute pointe le bout de son nez. « Et si personne ne s’inscrit ? »

Vous savez, le doute est une magnifique force. Il nous permet de remettre les choses en questions, de changer d’angle de vue, de prendre du recul tout simplement. A ce moment précis, j’avais choisi d’exploiter la force du doute. La création du contenu du séminaire venait de commencer. La seule option était d’avancer et de me faire confiance. De croire en mes compétences de plus en plus reconnues.

Durant tout le mois de janvier. J’ai énormément lu, regardé des centaines de vidéos sur la confiance en soi, je me suis nourrie pour transmettre à mon tour. Chaque exercice a été choisi avec soin. Je voulais qu’ils quittent le séminaire en ayant ressenti la différence. Qu’ils sentent que tout existe en eux et qu’ils peuvent le créer. Respirer, bouger, se questionner… une délicieuse recette de développement de soi.

Nous avons ensemble atteint une première destination vers plus de nous-mêmes.

Nous avons partagé, et vécu un voyage au centre de chacun de nous. Nous avons chacun participé au développement de l’autre par ce que nous sommes.

C’est le NOUS qui crée !

Alors,

J’avais envie de leur dire merci car grâce à eux j’ai réalisé un de mes rêves. En choisissant d’investir en eux, ils m’ont permis d’investir en moi.. Là est toute la magie de la vie J

Mon petit mot aux participants du séminaire :

Je suis heureuse d’avoir partagé cette belle aventure humaine avec vous. Vous avez osé, vous avez accepté de jouer le jeu même si parfois il était difficile et je suis très fière de vos vous. Vous avez découvert que vous pouviez y arriver. Merci à tous pour votre authenticité et ce magnifique moment d’émotion. Vous voilà tous un peu plus autonome aujourd’hui et beaucoup plus confiant en la vie je l’espère ;-). Bravo d’avoir investi en vous.

Etre sa priorité avant tout est le message de ce séminaire de vie. Je vous dis à très bientôt et gardez le cap….c’est à dire VOUS !!

With love,

Yasmine, 31 janvier 2016

Se bouger

Pour créer sa propre vie, il doit y avoir la pensée en premier et ensuite l’action. Il ne faut pas croire que tout se met en place tout seul.

Pour devenir plus fort et s’améliorer, rien de tel que l’observation, modéliser les actions et comportements de ceux qui réussissent. Dans certains cas il est bon de copier, d’ailleurs l’enfant n’apprend-il pas comme cela?

Se mettre en action demande du courage, de prendre du temps afin d’apprendre, de passer des heures à faire des recherches ou à être seul dans la nature pour trouver ce qui va nous permettre de nous améliorer. Augmenter sa curiosité, passer du temps à créer, réfléchir, suivre son instinct, peu importe les horaires.

Le doute est une force lorsqu’il est bien utilisé. Le doute nous pousse à faire autrement, à aller chercher en nous, à puiser dans nos ressources pour mettre tout en œuvre pour continuer d’avancer.

Sachez que moi aussi je doute, moi aussi parfois j’ai envie de baisser les bras, la vie a ses hauts et ses moments moins hauts.
Par contre, j’écoute toujours ma petite voix intérieure qui me pousse en avant et me dit par où avancer. Être indépendante m’oblige à compter sur moi-même uniquement. Il n’est donc pas question d’abandonner mais bien au contraire de m’élever encore et encore et m’enrichir pour mieux partager.

J’ai choisi de commencer une nouvelle formation pour offrir un service encore meilleur aux personnes qui me font confiance. Je choisi d’investir en mon être. Être ma priorité fait que ma vie ressemble presque à tout ce que j’ai toujours souhaité. Je construis mon futur dans le présent, ici et maintenant. Depuis que j’ai choisi de devenir ma priorité, ma vie a changé. Mon regard sur les choses a changé. Je peux être qui je suis et c’est ce que j’ai choisi de transmettre. J’ai choisi de m’éveiller un peu plus chaque jour pour permettre à d’autres d’en faire de même.

Allez-y, prenez soin de vous, faites-vous du bien, sortez de vos habitudes et découvrez tout ce que vous pouvez créer, ce n’est pas une blague, la vie est magique et enrichissante.

Je vous souhaite vraiment le meilleur dans votre vie car vous êtes uniques.

Yasmine, 2 janvier 2016

Ma pensée du jour pour vous

J’ai maintes fois douté, cru que je n’y arriverais pas. Je me suis insultée intérieurement, jugée, blessée, tout ça parce que quelque part en moi, des pensées venaient ébranler ce que je voulais  mettre en place.

Après avoir pris une claque monumentale il y a 4 ans, je me suis effondrée sur moi-même. Tout ce que j’avais créé en moi pour survivre avait volé en éclat. Le burn-out pointait le bout de son nez. J’aime cette phrase qui dit que : « du chaos, jaillit la lumière ». J’ai alors monté chaque marche à mon aise pour me reconstruire, petit à petit en me faisant aider, j’ai gravi ma propre montagne pour arriver à ce que je suis aujourd’hui.

Voilà un an, j’ai dû faire un choix de vie important, je n’avais plus de travail, ni de revenus, je me suis donc dis : « Go ma fille, c’est le moment, lance-toi comme indépendante ». Cela n’a pas été simple, je n’ai pas toujours mangé à ma faim, ni pu payer mes factures à temps. Seulement je faisais ce que j’aimais, et mes clients me le rendaient bien. Leur sourires, leurs larmes parce qu’ils se reconnectaient à eux-mêmes, me donnaient la force de continuer à croire en mon travail, à croire en moi et surtout à continuer à faire de mon mieux pour réaliser mon rêve professionnel.

Tout a un prix, choisir c’est renoncer. Investir en soi est continuel, toute notre vie sera parcourue de découvertes sur nous-même et sous toutes ses formes.

J’ai choisi un métier de transmission parce que moi aussi j’ai été un jour timide, mal dans ma peau, jugeant, etc….mais devenir ma priorité à été une révélation. J’ai dis stop aux croyances collectives judéo-chrétiennes qui, depuis toute petite, me disaient de d’abord penser à l’autre, de tendre ma joue droite après la gauche. Stop à ces mensonges qui nous écartent de nous-mêmes. Comment puis-je respecter authentiquement l’autre si je suis incapable de le faire pour moi ? Comment apprendre à écrire à quelqu’un si je ne sais pas écrire moi-même?

Etant de 2 cultures différentes (Chrétienne et Musulmane) par naissance, je me suis battue pour évacuer ce qui ne m’appartenait pas, ce qui ne résonnait pas en moi. Ce chemin à été un parcours du combattant, des épreuves douloureuses à n’en plus finir. Et oui, j’ai voulu maintes fois baisser les bras, passer de l’autre côté du miroir pour retrouver mes parents. Et puis un jour le voile s’est levé, j’ai vu ce que la vie avait comme cadeau à nous offrir chaque jour, pour celui qui peut voir.

J’ai encore beaucoup de chemin à parcourir, à faire baisser mes masques, à développer plus d’humilité, à améliorer ma tolérance envers chaque être humain. Nous avons tous du chemin à faire pour grandir, aujourd’hui l’important n’est plus le but, mais le chemin, aussi douloureux puisse-t-il être à certains moments (ce que j’appelle des « traversées »).

Ma pensée pour vous c’est : n’abandonnez jamais, continuez d’avancer et respirez la vie. Traversez vos déserts et dites-vous simplement « c’est ok, ça va passer, je traverse ».

Petite anecdote :

2016 est l’année de création. J’ai décidé suite à mes conférences de 2015 et de leur succès, de créer un séminaire sur la confiance en soi. Je vous l’ai dit, j’aime transmettre, j’aime apprendre pour rendre. Pensez-vous que je n’ai pas douté? J’avais peur de ne pas avoir d’inscrits, Je me disais « et si les gens n’avaient pas confiance en moi? ». Après avoir crée la publication, j’ai remis cela entre les mains de l’Univers. J’ai lâché prise et fait confiance. Résultat 7 inscriptions.

Je ne le dirai jamais assez : « La vie est un challenge, la perception dépend de vous! »

Passez une excellent journée mes amis.

Yasmine

 

Etre focus sur soi-même

Le défi  de chaque être humain en relation est de rester centré sur lui-même. Nous avons la fâcheuse tendance à nous perdre dans l’autre.

La force de nos conditionnements, de notre mental que l’on peut nommer « ego » est de nous amener à nous quitter. L’ego, c’est un peu la tempête de notre esprit. Garder une paix intérieure n’est pas chose aisée et c’est un combat quotidien auquel nous devons rester attentifs pour atteindre la plénitude. Nous avons tous déjà pu expérimenter d’être calme et serein et qu’en une fraction de seconde, notre mental s’emballe et s’agite. Notre respiration s’accélère et certaines tensions peuvent apparaître.

C’est à ce moment précis que le combat s’engage et que se centrer sur soi devient l’unique possibilité pour rétablir le calme. Remettre le focus sur soi en quelque sorte. C’est là que tout se joue, qui sera le plus fort, vais-je me laisser troubler par l’extérieur et ainsi me placer en victime, ou bien vais-je décider de faire ce qu’il faut pour retrouver mon calme.

Ma technique c’est de respirer profondément au moins 3 fois, mieux je vais marcher seule en nature. Je décide consciemment de reprendre le « contrôle » de qui  je suis. Je dis souvent à mes petits patients de rester le capitaine de leur navire, de rester à la barre et de ne pas laisser leurs émotions prendre la place du capitaine car alors le navire se met à aller où il veut et dans n’importe quelle direction. Sortez de cette idée que nous n’avons pas le choix.

Nous l’avons car tout ce que nous sommes résulte de nos choix, conscients ou inconscients. Alors mes chers amis, soyez un magnifique capitaine, fier de son navire, offrez-vous du temps et faites-vous du bien car c’est le meilleur exemple que vous pouvez donner à vos enfants, la personne la plus importante c’est vous. Je vous souhaite une merveilleuse semaine et engagez-vous envers vous-même.

Yasmine, 26 juillet 2015